Chapter

1. Vue D’ensemble

Author(s):
International Monetary Fund. Secretary's Department
Published Date:
October 2014
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Chaîne d’assemblage automatisée en Espagne

Poste de commande d’une compagnie de gaz en République tchèque

Panneau d’indicateurs boursiers à Tokyo, au Japon

Porte-conteneurs à l’écluse Miraflores du Canal de Panama

La période de mai 2013 à avril 2014, qui correspond à l’exercice financier 2014 du FMI1, a marqué un tournant crucial pour l’économie mondiale, qui est sortie de la pire crise financière qu’elle ait connue depuis près d’un siècle. La reprise s’est affermie, mais trop lentement et s’est heurtée à de nombreux obstacles. Le Plan d’action mondial de la Directrice générale a défini des mesures audacieuses destinées à surmonter ces obstacles et permettre à l’économie mondiale de renouer avec une croissance plus rapide et durable. La priorité absolue était d’assurer la cohérence des politiques et de renforcer la coopération entre les dirigeants, tant au niveau national qu’international. La prospérité mondiale et la prospérité de chaque pays sont en effet intimement liées et dépendent plus que jamais d’une action concertée. Or, le FMI est indispensable à cette coopération internationale.

Au moyen d’évaluations se fondant sur ses différents produits de surveillance multilatérale et bilatérale et par son engagement actif auprès de ses 188 pays membres, dont il soutient la politique économique, et qui bénéficient de son aide pour leurs financements et le développement de leurs capacités, le FMI a continué d’aider les membres à identifier les risques systémiques et à élaborer des politiques avisées afin de contrer les menaces pour leur stabilité intérieure et celle de l’économie mondiale.

L’économie Mondiale

En fin d’année, l’activité mondiale a repris de la vigueur, principalement en raison des améliorations enregistrées dans les pays avancés, mais la reprise a été inégale et insuffisante. La croissance est restée faible et les chômeurs ont continué de se compter par millions. La montée des risques géopolitiques a suscité de nouvelles inquiétudes. Les mesures décidées en cours d’exercice ont contribué à stabiliser l’économie mondiale, mais de nouvelles menaces ont pesé sur la stabilité financière mondiale du fait du ralentissement dans les pays émergents et du risque d’une très faible inflation en Europe. Les conséquences de la crise ont commencé à s’estomper, mais la reprise est demeurée modeste et fragile. Le chapitre 2 traite plus en détail des évolutions économiques et financières observées durant l’exercice.

Surveillance et Programmes Financés par le Fmi

L’exercice a été marqué par une reprise mondiale inégale et plus ténue qu’espérée. La transition d’une phase de stabilisation vers une phase de croissance soutenue, équilibrée et solidaire est restée inachevée. Les mesures décidées pour rompre le cycle faisant alterner croissance morose et nervosité des marchés ont consisté, entre autres, à renforcer la mise en œuvre des politiques économiques et gérer prudemment toute une série de transitions en cours : la normalisation des conditions de financement mondiales et son cortège d’effets de débordement et d’effets de retour; l’évolution de la dynamique de la croissance, avec une contribution de plus en plus importante des pays avancés, un recul de la croissance tendancielle dans les pays émergents et un rééquilibrage de la demande mondiale; et l’achèvement de la réforme du système financier mondial visant à promouvoir une plus grande stabilité.

Au cours de l’exercice écoulé, le FMI a aidé les membres en leur fournissant des évaluations sur des thèmes tels que les facteurs de vulnérabilité, la diversification et la transformation structurelle dans les pays à faible revenu, la croissance dans les pays émergents, la politique budgétaire dans les pays avancés et sur des questions structurelles telles que les inégalités de revenu et la participation des femmes à l’économie. Il a donné des conseils de politique économique ciblés dans le cadre de la surveillance bilatérale et multilatérale, en produisant notamment des rapports sur les effets de débordement et des rapports transversaux et en offrant son concours financier. Le chapitre 3 livre des informations complémentaires sur la surveillance exercée par le FMI et les programmes qu’il a financés pendant l’exercice.

Conseils de Politique Économique, Gouvernance et Renforcement des Capacités

Dans le cadre de sa mission de supervision du système monétaire international, le FMI conseille les pays membres sur diverses questions ayant trait à la stabilité économique. Ses conseils sont également à la base des programmes mis en œuvre dans les pays membres et les aident à renforcer leurs institutions et leurs capacités. Il contribue enfin au suivi des économies nationales.

Au cours de l’exercice, le Conseil d’administration s’est penché sur des sujets tels que la politique budgétaire, la politique monétaire non conventionnelle et la politique macroprudentielle. Il a également évalué l’avancement des grandes réformes concernant sa structure de gouvernance, y compris la réforme des quotes-parts, et passé en revue les facilités du FMI comme la ligne de crédit modulable, la ligne de précaution et de liquidité et l’instrument de financement rapide, ainsi que la conditionnalité liée à la politique monétaire.

Le développement des capacités qui s’appuie sur l’assistance technique et les formations proposées par le FMI permet aux pays membres de se doter d’institutions solides et d’améliorer les compétences afin de formuler et de mettre en œuvre des politiques macroéconomiques et financières fiables. Pendant l’exercice 2014, le FMI a lancé de nouveaux outils d’évaluation normalisés et de nouveaux cours, ouvert un centre régional d’assistance technique au Ghana et récolté 181 millions de dollars en contributions de donateurs. Le Conseil a examiné la stratégie de développement des capacités du FMI et approuvé les réformes. Le chapitre 4 examine plus en détail les conseils de politique économique du FMI et ses activités relatives à la gouvernance et au renforcement des capacités.

Ressources et Responsabilisation

Veiller à ce que les ressources soient suffisantes pour couvrir les besoins de financement des pays membres a été l’une des priorités du FMI depuis le début de la crise. En janvier 2013, le Conseil d’administration a approuvé une nouvelle réglementation applicable au compte d’investissement du FMI afin de fixer le cadre juridique dans lequel s’exerce le pouvoir d’investissement élargi, qui résulte d’un amendement des Statuts. En outre, le seuil requis a été atteint pour distribuer les bénéfices exceptionnels des ventes d’or déposés dans la réserve générale en faveur du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC) afin de bonifier des prêts de pays à faible revenu.

Vente de légumes aux Émirats arabes unis

Rechargement de téléphones portables dans une mine d’or du district de Mubende en Ouganda

Le FMI a pu répondre à l’évolution des besoins de ses pays membres malgré une enveloppe budgétaire figée grâce à des gains d’efficience, à une redéfinition des priorités et à une meilleure utilisation et une réaffectation des ressources existantes. Durant l’exercice écoulé, le FMI a continué de mettre l’accent sur un recrutement solide, pris des mesures rapides à l’issue de l’enquête de 2013 auprès des employés du FMI et défini un nouveau cadre pour la formation du personnel de direction afin de renforcer les compétences de gestion des ressources humaines. Le Conseil d’administration a approuvé les aménagements de la politique de transparence qui visaient à accroître l’efficacité de la surveillance et des conseils de politique économique du FMI. Le chapitre 5 examine plus en détail les opérations et politiques financières du FMI, son travail dans le domaine des ressources humaines et ses efforts pour améliorer la transparence et la responsabilisation.

    Other Resources Citing This Publication